La création du chocolat blanc date de 1930 en Suisse, lorsque le chocolatier industriel Nestlé trouve dans ce produit l’occasion d’utiliser les excédents de beurre de cacao, ingrédient entrant dans la composition du chocolat noir et du chocolat au lait produits dans ses usines. Baptisé « chocolat blanc » du fait de sa couleur ivoire, nous allons voir que sa composition divise spécialistes et amateurs sur sa réelle appartenance à la famille des chocolats, au point d’être considéré comme un aliment usurpateur d’identité.

Pour ce qui est de son goût, le chocolat blanc n’a clairement aucune saveur de chocolat traditionnel, ou de cacao tel qu’on l’entend, car le beurre de cacao qu’il contient est entièrement désodorisé lors du processus de fabrication, faisant de lui un élément neutre gustativement. La saveur finale du chocolat blanc est donc uniquement composée de notes lactées et sucrées, auxquelles peuvent s’ajouter les arômes des ingrédients utilisés pour le parfumer ou le garnir, comme la vanille ou les noisettes. Si vous souhaitez connaître la totalité des modes de fabrication ou d’utilisation, ainsi que les valeurs nutritives du chocolat blanc, sachez que notre dossier traite tous ces aspects.

Le chocolat blanc est-il du chocolat ?

La composition du chocolat blanc

Les ingrédients de base du chocolat blanc dans la plupart des recettes sont les suivants :

  • Du lait entier en poudre (environ 15 %).
  • Du beurre de cacao (20 % minimum).
  • Du sucre.

L’on constate immédiatement l’absence totale de pâte de cacao ou de poudre sèche, qui sont pourtant les éléments principaux des chocolats noirs et au lait. C’est précisément cette absence de cacao qui remet en question la justesse de l’appellation de « chocolat » pour un grand nombre de connaisseurs, le reléguant même au rang de friandise sans goût réservée aux enfants ou de produits pour confectionner la couverture d’un gâteau en pâtisserie.

Même si la teneur de ces ingrédients peut varier selon les recettes des fabricants, cette composition entraîne des conséquences du point de vue gustatif, mais également en ce qui concerne les valeurs nutritionnelles et les apports de ce produit pour l’organisme, comme nous le verrons par la suite. Le beurre de cacao est donc gustativement neutre, mais permet d’intégrer facilement d’autres parfums, contrairement au chocolat noir et assure une consistance solide lorsqu’il est à température ambiante, puis fondante lors de sa dégustation. Le chocolat blanc sans ajout de vanille ou de fruits secs est donc un aliment qui tire ses saveurs uniquement du lait et du sucre qu’il contient, un état de fait contribuant à lui donner cette réputation de produit à destination des enfants et à son rejet par les amoureux de la puissance et de la richesse aromatique du « vrai » cacao.

L’effet de la composition sur les apports nutritionnels et la santé

Considéré à tort comme plus gras ou plus riche que les autres chocolats, le chocolat blanc est en revanche beaucoup plus sucré et ne présente pas les mêmes apports nutritionnels du fait de sa teneur nulle en pâte de cacao directement issue de la fève. Or, c’est dans cette pâte que se situent les éléments ayant un effet positif sur la santé, à savoir les fibres, le magnésium et autres flavonoïdes du cacao.

La forte teneur en lait permet un apport intéressant en calcium et en phosphore, des oligo-éléments reconnus pour leur effet sur la formation des os et des dents pour l’un et l’apport en énergie, pour l’autre. Autre avantage du chocolat blanc, sa faible teneur en cholestérol, même s’il reste très riche en sucre, faut-il le rappeler ?

Nous vous recommandons ces autres pages :