Moins amer que le chocolat noir, le chocolat au lait est apprécié par les gourmands pour sa douceur et son onctuosité. On le retrouve sous de nombreuses formes : en tablette, en barre ou encore dans des pâtisseries, pour notre plus grand plaisir !

Né suite à l’association des inventions de Daniel Peter et Henri Nestlé, le premier chocolat au lait voit le jour grâce à l’ajout de lait en poudre au cacao extrait des fèves de cacaoyer.

Mais alors quelles sont les véritables différences entre un type de chocolat et un autre ? Quels produits et quelle quantité de ces produits sont contenus dans les chocolats ? Pour que le consommateur puisse correctement différencier le chocolat noir, le chocolat au lait et le chocolat blanc, chacun d’eux doit contenir un pourcentage minimum de cacao.

Pour tout savoir sur le chocolat au lait, intéressons-nous davantage aux ingrédients nécessaires pour le fabriquer.

Avec quoi est fait le chocolat au lait ?

Le cacao : le bon goût de chocolat

Pour faire du chocolat, il faut bien sûr du cacao obtenu après un long travail des fèves de cacaoyer. De la récolte des cabosses dans des pays proches de l’Équateur, c’est à dire dans des zones intertropicales, du temps de fermentation et de séchage puis de torréfaction ou encore de broyage, la masse ou pâte de cacao est un élément qui nécessite du temps et du travail avant de pouvoir être prête à la consommation.

La pâte de cacao est utilisée pour faire du chocolat, ou bien elle est compressée pour extraire de l’huile, qui se transformera en beurre de cacao après coagulation, et des galettes de cacao, qui serviront à faire du cacao en poudre.

Dans la fabrication du chocolat au lait, il est nécessaire qu’une tablette soit constituée d’au moins 25 % de cacao. Dans d’autres pays comme aux États-Unis, ce pourcentage est bien moindre : seuls 10 % de cacao sont nécessaire pour qu’un chocolat au lait soit considéré comme tel.

Bon à savoir : la qualité d’un chocolat au lait se base sur sa teneur en cacao.

Le lait en poudre : pour plus de douceur

Si aujourd’hui ajouter du lait au chocolat nous semble évident, cela étant néanmoins compliqué avant l’idée de remplacer le lait classique par du lait en poudre. Le lait liquide était difficile à incorporer au chocolat et cela rendait sa conservation difficile : au bout de quelque temps, le chocolat allait devenir rance.

C’est David Peter en 1875 qui eut le premier l’idée d’ajouter du lait en poudre (de la farine lactée pour bébé), une invention récente de son voisin et ami… un certain Henri Nestlé. Le chocolat au lait est alors commercialisé au début du XXe siècle.

Le lait ou les produits lactés présents dans une tablette doivent représenter au minimum 14 % du total des ingrédients.

Les matières grasses : pour l’onctuosité des chocolats

Le dernier élément majeur de la composition du chocolat au lait est la matière grasse, à hauteur de 20 %. Il peut s’agir de beurre de cacao ou d’autres matières végétales.

À noter : les autres matières végétales présentes dans la composition du chocolat ne doivent pas excéder les 5 % et doivent être clairement mentionnées sur l’emballage.

L’ajout d’arômes et de produits comestibles

En plus des ingrédients de base que nous venons de citer, il est également possible de retrouver d’autres produits comme des amandes, des fruits, des noix, de la vanille ou encore du caramel.

Le pourcentage de ces produits additionnels ne doit cependant pas excéder les 40 %.

Le saviez-vous ? Si le chocolat est bon pour notre santé (surtout le chocolat noir, puisqu’il est riche en magnésium et autres antioxydants), il est dangereux pour le chien.

Nous vous recommandons ces autres pages :