Arborant une jolie teinte ivoire, le chocolat blanc est une confiserie fabriquée à base de beurre de cacao, de lait en poudre et de sucre. Si son goût sucré et fondant jouit de beaucoup de succès auprès enfants, il l’est beaucoup moins auprès les adultes… sauf au Brésil ! Cette nation arrive en effet en tête des pays plus gros consommateurs de chocolat blanc, devant les États-Unis et le Royaume-Uni.

Dans l’Hexagone, selon une étude Toluna, seuls 26,6 % des Français aiment le chocolat blanc. Plus de la moitié des sondés plébiscitant plutôt le chocolat noir (57,1 %) et le chocolat au lait (54,2 %).

Mais le chocolat blanc est-il réellement du chocolat ? Que dit la loi française à propos du chocolat blanc ? Qui a inventé cette confiserie et quelles en sont les vertus ?

Autant de questions auxquelles nous allons tenter de répondre dans les lignes qui suivent.

Tout savoir sur le chocolat blanc

Le chocolat blanc est-il du vrai chocolat ?

Mais peut-on réellement dire que le chocolat blanc est réellement du chocolat ?

Les puristes affirment que non, et réfutent son appellation de « chocolat ». Car contrairement à ce que l’on pourrait penser, le chocolat blanc ne contient pas de cacao, mais principalement du beurre de cacao dont il tire sa couleur blanche.

D’ailleurs, c’est cette absence de cacao qui différencie le chocolat blanc du chocolat au lait et du chocolat noir.

Notons que d’après la loi, le chocolat au lait doit contenir au moins 30 % de pâte de cacao (dont au moins 2,5 % de cacao sec dégraissé, autrement dit sans le beurre de cacao), et le chocolat noir au minimum 43 % de pâte de cacao, dont au moins 14 % de cacao sec dégraissé.

Bref, le chocolat blanc, lui, contient 0 % de pâte de cacao. Cette dernière étant en fait composée de fèves de cacao broyées puis fondues à 90 °C.

Chocolat blanc : ce que dit la loi

C’est le décret n° 76-692 du 13 juillet 1976 (modifié par le décret n° 2003-702 du 29 juillet 2003), relatif aux produits de cacao et de chocolat destinés à l’alimentation humaine, qui définit les caractéristiques de cette pépite blanche.

Ainsi, ce texte stipule que le chocolat blanc « désigne le produit obtenu à partir de beurre de cacao, de lait ou produits de lait et de sucres ». Un arôme, généralement de la vanille, ainsi que de la lécithine de soja (émulsifiant) sont en outre ajoutés à la composition.

Ce décret précise en outre que, pour être conforme à l’appellation « chocolat blanc », le produit doit contenir :

  • Au moins 20 % de beurre de cacao (substance crémeuse entourant les fèves).
  • Au moins 14 % de matière sèche de lait provenant de la déshydratation partielle ou totale de lait entier, de lait partiellement ou totalement écrémé, de crème, de crème partiellement ou totalement déshydratée, de beurre ou de matière grasse lactique.
  • Au moins 3,5 % de matière grasse lactique.

Autrement dit, pour fabriquer du chocolat blanc, on a besoin de beurre de cacao, du sucre et du lait en poudre, source de la saveur de cette confiserie.

Bon à savoir : le beurre de cacao est l’ingrédient qui donne au chocolat sa texture crémeuse, onctueuse et fondante.

Le chocolat blanc est-il nocif pour la santé ?

Sans la présence du cacao, le chocolat blanc ne permet pas de profiter pleinement des bénéfices nutritionnels du chocolat traditionnel. De plus, sa forte teneur en sucre en fait un produit contre-indiqué pour les diabétiques, pour qui le chocolat noir à forte teneur en cacao (70 % et plus) est, de tous les types de chocolat, le plus adapté.

Toutefois, consommé occasionnellement et avec modération, le chocolat blanc constitue, sauf cas particulier, un aliment plaisir non nocif pour la santé. Les spécialistes lui reconnaissent même un certain nombre de qualités nutritionnelles et culinaires. Explications.

Le point sur le beurre de cacao

Un des gras les meilleurs qui soit pour la santé humaine, ce beurre végétal joue un rôle important dans la chimie métabolique et pour le fonctionnement du système nerveux.

Le beurre de cacao contient en effet de nombreux principes actifs, bénéfiques pour la santé :

  • L’acide gras stéarique, qui n’a pas d’incidences sur le niveau de cholestérol, a des effets anticoagulants et préventifs des problèmes cardio-vasculaires.
  • L’acide oléique, un protecteur contre le cholestérol.
  • Des antioxydants, qui renforcent notre immunité, combattent la fatigue chronique ainsi que certaines maladies auto-immunes, voire même le cancer.

Le gras de cacao offre en outre plusieurs atouts en cuisine, grâce à :

  • Son goût peu prononcé.
  • Sa texture solide à température ambiante, mais fluide au-delà de 35 ° C.
  • Sa diversité d’utilisations, aussi bien pour des recettes sucrées que des recettes salées.
  • Son utilisation comme additif pour stabiliser et texturer certains produits.

Notons que c’est le beurre de cacao qui donne au chocolat sa texture crémeuse et fondante en bouche.

Bon à savoir : le beurre de cacao entre dans la fabrication de nombreux cosmétiques (crèmes, sticks à lèvres, masques pour cheveux, huiles de massages, etc.), en raison de ses propriétés antioxydantes, hydratantes, nourrissantes et cicatrisantes. Il répare la peau et en préserve l’élasticité.

Les composants du chocolat blanc

La composition du chocolat blanc montre clairement que cette pépite blanche n’est pas complètement dépourvue d’intérêts nutritionnels. Il contient en effet, entre autres :

  • Des vitamines (A, B, C et D).
  • Du calcium.
  • Du magnésium.
  • Du potassium.
  • Du sodium.
  • Du fer.

Il est tout de même bon de préciser que cet aliment, riche en glucides, lipides et protéines végétales, est très calorique (550 calories pour 100 g de chocolat blanc).

Utilisation du chocolat blanc en cuisine

Le chocolat blanc fait des merveilles en cuisine, notamment pour confectionner de savoureux desserts (mousses, entremets, etc.) et gâteaux.

Son goût lacté et sucré se marie à merveille avec de nombreuses saveurs, et notamment celles :

  • Acidulées (ananas et autres fruits exotiques, pomme verte, etc.).
  • Amères (chocolat noir, etc.).

Cette confiserie présente en outre un énorme avantage pour la pâtisserie : elle est facile à parfumer.

L’histoire du cacao et du chocolat blanc

C’est la firme Nestlé en Suisse qui a inventé le chocolat blanc en 1930. Baptisée Galak, cette confiserie a été créée dans un but de recyclage des excédents industriels de beurre de cacao qui ont servi à la production des autres types de chocolat.

Pour la petite histoire, notons que les premiers cacaoyers ont été cultivés sur les terres amazoniennes, s’étendant du Mexique et le Venezuela, vers l’an 2000 avant Jésus-Christ. Le cacao était alors consommé sous la forme d’un breuvage amer, épicé et pimenté par les Amérindiens (Aztèques, Olmèques, Mayas) de la Méso-Amérique.

Alors considéré par les Aztèques de l’ère précolombienne comme une boisson sacrée, le chocolat a fait beaucoup de chemin depuis, avant de devenir le produit que nous connaissons tous aujourd’hui et qui réjouit tant nos papilles.

C’est durant son 4e voyage en terres amérindiennes que Christophe Colomb découvre la boisson chocolatée en 1502. Il faudra cependant attendre 1528 avant que la recette de la boisson chocolatée aztèque ne débarque en Espagne. Elle arrive en France en 1615, suite à l’union du roi Louis XIII et de la princesse espagnole Anne d’Autriche, puis se propage dans toute l’Europe.

Nous vous recommandons ces autres pages :